Dysfonction érectile: causes et traitement

[ad_1]

« La dysfonction érectile est définie comme une incapacité à maintenir une érection suffisante pour les rapports sexuels. Il s’agit d’un trouble qui affecte des millions d’hommes dans le monde de différentes manières et avec différentes causes. »

C’est quoi

La dysfonction érectile est un terme médical utilisé pour définir l’incapacité à maintenir une érection avec une rigidité suffisante pour la pénétration et / ou à la maintenir pendant une période de temps suffisante pour satisfaire les deux partenaires lors des rapports sexuels. Il est important de comprendre que cela peut également se produire avec le désir et l’orgasme (éjaculation).

La dysfonction érectile (DE) touche environ les deux tiers des hommes de plus de 50 ans, ce qui correspond à 10 à 20 millions de Brésiliens.

La plupart des hommes ont connu des épisodes de dysfonction érectile à un moment donné de leur vie, généralement en raison de la fatigue, du stress ou de l’abus d’alcool. Les erreurs occasionnelles ne doivent pas être surestimées. Si le problème persiste, un urologue doit être recherché.

Les causes

La capacité d’avoir une érection n’est qu’un des nombreux aspects de la fonction sexuelle masculine. Le cycle de réaction sexuelle comprend quatre phases: le désir principal, l’érection, l’orgasme et la relaxation de la personne. Tout le monde peut changer différemment.

Les causes de la dysfonction érectile sont divisées en organiques, psychogènes et mixtes, qui peuvent être trouvées en utilisant des facteurs combinés. Les problèmes organiques tels que le diabète, le cancer, l’artériosclérose et les lésions neurologiques, par exemple, peuvent souvent entraîner des complications psychologiques. Il peut également être secondaire et apparaître comme la première manifestation de diverses maladies telles que l’hypertension artérielle, le diabète, les maladies cardiovasculaires et l’insuffisance rénale.

La dysfonction érectile d’origine psychologique peut se manifester de diverses manières ou retarder l’éjaculation, l’éjaculation douloureuse et même l’impuissance. Il peut également y avoir une perte de libido (désir sexuel), un manque d’orgasme et des phobies (anxiété), tous dus à l’anxiété, à la dépression ou à des sentiments de culpabilité. Une personne qui a une expérience désagréable, comme La perte d’érection, par exemple, pour avoir des relations sexuelles ou pour éjaculer très tôt, tend à la relation suivante, se souvient de ces « erreurs » et devient anxieuse. Cela conduit à une nouvelle erreur qui forme un cercle vicieux.

Les causes organiques sont classées selon leur étiologie. Les vasculogênicas sont plus fréquents, en particulier les changements de débit, l’artériosclérose et les traumatismes (ce qui entraîne une lésion des vaisseaux sanguins). Les anomalies du flux veineux sont moins fréquentes. Les causes neurogènes sont la neuropathie diabétique, la sclérose en plaques, l’abus d’alcool, les traumatismes, la moelle épinière et les lésions nerveuses résultant d’une prostatectomie radicale (chirurgie pour enlever la prostate). Les causes de l’hyperandrogénie hormonale étant primaires ou secondaires (troubles des hormones mâles).

ED peut également se produire pour l’utilisation et l’abus de drogues telles que la marijuana, l’alcool, l’héroïne, la cocaïne, les barbituriques, les antidépresseurs.

Troubles connectés

L’ED présente divers facteurs de risque tels que l’âge avancé, le diabète, l’hypertension artérielle, les maladies vasculaires périphériques; troubles neurologiques, troubles endocriniens, lésions de la moelle épinière, chirurgie pelvienne radicale, radiothérapie, alcoolisme, tabagisme, consommation de marijuana et / ou cocaïne; Utilisation d’antihypertenseurs, de sédatifs et de substances psychotropes; Problèmes relationnels avec le partenaire, stress, peur et peur de l’échec, dépression, personnalité compulsive, déviation sexuelle.

Diagnostic

Le but de l’évaluation initiale du patient est de déterminer la cause probable de la dysfonction érectile et d’identifier les facteurs organiques ou psychologiques qui peuvent affecter la thérapeutique associée.

Un entretien médical approfondi est le facteur le plus important lors de l’évaluation des patients atteints de ce problème. L’historique, la durée, l’évolution et la gravité de l’urgence et les facteurs associés doivent être précisés.

Une fois que vous avez identifié un problème dans la performance sexuelle du patient, l’étape suivante consiste à le distinguer des autres problèmes sexuels tels que la perte de libido et les troubles de l’éjaculation.

Lors de l’examen physique, la santé du patient est évaluée avec une attention particulière à l’état cardiovasculaire, neurologique et urogénital en raison de sa contribution à l’érection. L’évaluation neurologique doit inclure une perception de l’anxiété ou de la dépression du patient. Parce que l’évaluation de l’herpès génital vise à détecter des anomalies locales.

Certains sont des tests de laboratoire de base pour identifier les troubles pouvant conduire à la dysfonction érectile.

Le traitement

La psychothérapie est indiquée pour l’ED psychogène. Plusieurs facteurs doivent être évalués par l’urologue et, si possible, un expert en psychologie ou en psychiatrie. Les facteurs tels que la relation physique, psychiatrique, psychologique, contradictoire avec le partenaire et l’insuffisance sexuelle doivent être adressés au couple.

Les injections de pénis ont été les premières injections efficaces et objectives avec peu ou pas d’effets secondaires et une amélioration significative de l’érection, même avec une FO sévère et des maladies organiques. Ils étaient la principale complication, des érections douloureuses. A également l’inconvénient de limiter le temps d’érection et la fréquence d’utilisation (3 fois par semaine). Cette méthode a tendance à être abandonnée à mesure que la technologie progresse.

À mesure que le traitement progresse, certains médicaments oraux deviennent disponibles sur le marché. Vous êtes:

– – Viagra (Sildénafil) de Pfizer: agit sur le pénis en relaxant les muscles et en augmentant le flux sanguin dans la région. Efficace pour l’impuissance partielle, érection 40 à 60 minutes après la prise du médicament avec stimulation du pénis. Ses effets peuvent durer jusqu’à six heures. Effets secondaires tels que maux de tête, congestion nasale, bouffées vasomotrices et dyspepsie. Les patients cardiaques, en particulier ceux qui prennent des médicaments à base de nitrate (Sustrate, Monocordil, Isordil, Nitradisc, Nitroderm TTS, Isocord, Isosorbid, Nitroglycerin), ne peuvent pas prendre ce médicament.

– – Uprima (Apomorphine) des Laboratoires Abbott travaille sur le système nerveux central et facilite la stimulation sexuelle du cerveau vers le pénis. Produit une érection 10-20 minutes après l’administration orale sublinguale. Peut provoquer des maux de tête, des nausées, des étourdissements, des évanouissements et des bouffées vasomotrices, mais peut être utilisé par les patients cardiaques.

– – Cialis (Tadalafil), fabriqué par Eli Lilly, agit directement sur le pénis en inhibant l’enzyme phosphodiestérase. Se traduit par une érection en 30 minutes et dure jusqu’à 36 heures. Peut provoquer des maux de tête, une intolérance à l’estomac, une congestion nasale, des maux de dos, des douleurs musculaires, des étourdissements et des bouffées vasomotrices. Comme le Viagra ne peut pas être utilisé pour les maladies cardiaques lors de l’utilisation de nitrates.

– – Levitra (Vardenafil) de Bayer et Glaxo agit également directement et sélectivement sur le pénis en inhibant l’enzyme phosphodiestérase, avec moins d’effets secondaires (maux de tête, rougissement et écoulement nasal). Se traduit par une érection en 15 minutes et dure jusqu’à 8 heures. Comme le Viagra et le Cialis, ne peut pas être utilisé pour les maladies cardiaques lors de l’utilisation de nitrates. L’un des principaux avantages est le prix le moins cher et la vente en packs individuels.

Bien que les traitements médicamenteux soient mentionnés, certains patients peuvent ne pas s’adapter et nécessiter un traitement avec des dispositifs mécaniques tels que des dispositifs d’érection sous vide ou des implants péniens gonflables ou malléables. D’autres peuvent avoir besoin d’une intervention chirurgicale pour réparer des artères qui, dans certains cas, fournissent du sang au pénis.

Étant donné que la dysfonction érectile peut avoir de nombreuses causes, il existe différents traitements qui fonctionnent selon différents mécanismes, avec des contre-indications spécifiques. Un urologue doit être consulté.

[ad_2]

Laisser un commentaire